Unijambiste

   Après avoir demandé son chemin à un mendiant unijambiste, le seul qu’il avait osé approcher, du fait de son infirmité voyante – on n’était jamais trop prudent dans cette partie de la cité – il s’arrêta devant une porte basse et branlante, bouche puante sur la face borgne d’une masure de bois. Comme indiqué dans le message, il toqua trois fois, puis deux. Il attendit. Le grand type qui lui ouvrit lui signifia d’entrer d’un mouvement du menton…

extrait – Æsir, chapitre 4 : le jour de Glace.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>