Un zver et non un tarpan

    Mais loin de toute considération poétique, il répondit :
— Une pouliche dis-tu ? On fit couvrir sa mère par un zver et non un tarpan. Pour une heure, j’en offre soixante âts et ça ne sera pas trop.
— Peuh ! Nous auras-tu écoutés ou bien la veux-tu pour toi, absolument ? demanda Jom’ar, goguenard, à l’annonce du prix exorbitant.
Un autre ajouta :
— À ce prix-là, tu pourrais inviter des copains.
— Non, mon cher, une heure ne sera pas de trop, allez-vous trouver d’autres catins, vous êtes doublement avare de vos bourses.
Il avait posé une main sur celle pendant à sa ceinture et la seconde sous la ceinture…

extrait - Æsir, chapitre 8 : percer à jour.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>