Ses dents

   L’autre avait fini par tressaillir et dans un mouvement à peine consenti, il avait fait voir l’intérieur de sa main. Du bout des doigts, il en avait retiré un petit objet blanc et l’avait tendu à la jeune fille comme un présent. Elle n’avait pas eu besoin de le prendre pour comprendre de quoi il s’agissait, un sourire de gencives accompagnait le geste ; dans la main du vieux Garr, il y avait ses dents, brillantes et blanches, polies par un lustre quotidien.

extrait – Æsir, chapitre 3 : compter les jours.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>