Se faire une alliée de la montagne

    Les Æsirains ne possédaient pas de véritable culture guerrière, cependant sous le commandement de ceux qui portaient le titre de gardien des cimes, ils pouvaient se battre, se faire une alliée de la montagne et pister une proie. Et depuis qu’on avait aperçu les hordes pour la première fois, deux lunaisons plus tôt, la cité s’était innocemment préparée à essuyer un siège. La chose n’était pas courante, mais le risque assez significatif pour qu’on s’y astreigne en plus des tâches coutumières. Les femmes avaient confectionné plus de vêtements, les hommes avaient chassé davantage et les enfants avaient nettoyé de leur mieux les proches abords des cinq bastions de la corolle æsiraine, précipitant les pierres et les roches en contrebas afin que nul envahisseur ne puisse les utiliser comme matériaux ou munitions…

extrait – Æsir, chapitre 1 : Le jour dernier.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>