Salles interdites

    L’escalier de pierre s’enroulait vers l’oubli de salles interdites. Ornant les montants, les tissages cotonneux des arachnides flottaient au moindre souffle d’air. Des ombres errantes, deux plus sombres se détachèrent, se tenant par la main comme pour une danse. La plus grande des deux leva les yeux vers le colimaçon et glissant vers les trois marches suivantes, elle murmura :

    — Attends, nous sommes assez loin maintenant. Je vais allumer.

    Les pierres du briquet s’entrechoquèrent et les ténèbres reculèrent au profit de la lueur aveline d’une petite lampe à huile précieuse et ouvragée…

extrait – Æsir, chapitre 5 : nuit et jour.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>