Archives par mot-clé : vengeance

Sous l’échafaud

    Il vengea Be’org d’un coup de taille bas dans les côtes et arracha le vieux bliaud bleu suffoquant de la nuée de violence et de sang. Il le tira sous l’échafaud, tandis que celui-ci, ses deux mains pressées sur sa blessure répétait :
— Va, Glace, va. Le capitaine…
— Je veux une promesse, Be’org. Tu tiendras ?
— Je tiendrai. Va !
Et Glace s’en fut, expier son chagrin avec encore plus de sang versé. Pour que tous le voient, le capitaine s’était juché sur la potence et ferraillait durement avec des tabards bleus et argent, pendu d’autres soldats pareillement vêtus jusqu’à se confondre, même si aux cœurs des uns, aux bras des autres, une haine fratricide se déchaînait en mailles de fureur…

extrait – Æsir, chapitre 8 : percer à jour.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire

Près du lit d’agonie

    Jar’Aldekim ajouta :
— C’est ici que ma mère trépassa, vous savez bien ! Dans mon lit, dans le sien ! Elle a péri dans la corolle d’une fleur de pourpre grandissant jusqu’à devenir informe et goutter sur le plancher.
— Vous ne devriez pas vous…
— C’est là le remords de ne l’avoir jamais vengée.
— Qui donc l’aura tuée, Votre Altesse ? Le savez-vous ?
— Oui ! Non… je crois que je ne fais que m’en convaincre. Le mage fut le premier à me rejoindre ce soir-là près du lit d’agonie de ma mère, mais ce n’est peut-être pas lui…

extrait – Æsir, chapitre 6 : les beaux-jours.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire

Perdurer par la vengeance

    La faim la tenaillait, l’eau était à peine suffisante pour éloigner la cuisante sensation de sécheresse dans sa bouche et sur sa langue, en plus de cette cruelle sapidité métallique qui témoignait de l’ultime extrémité à laquelle elle avait été rendue pour perdurer. Perdurer par l’âme, mais non par le corps. Perdurer par la vengeance. Et encore, et encore. Toujours le même geste, toujours le même bruit de frottement. Ses doigts crispés bleuissaient telle la mort, en place de son épaule, elle ne ressentait plus que crampes et contractures, mais elle maintenait sa pression sur la pierre nue. Elle affûtait une arme, aiguisait son esprit et acérait son cœur…

extrait - Æsir, chapitre 7 : contre-jour.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire