Archives par mot-clé : royaume

Son premier souvenir d’Hyperborée

    Sa route avait été si longue depuis les territoires l’ayant vue naître. Mais son premier souvenir d’Hyperborée était indissociable du plaisir qu’elle avant ressenti à contempler les ruines de l’empire d’Atlantis. Au moyeu du royaume valusien qui avait conservé, plus qu’aucun autre en Borée, sa grandeur d’avant le chaos, il lui avait fallu jouer de prudence, se dissimuler parmi les ombres, craindre que des agents de Nô ne la guettent en silence. Partout, la marque des Atlantes, leur science se faisait voir et connaître, partout, elle s’était sentie épiée. Mais lorsqu’elle avait passé la frontière avec la Karmélie, elle s’était libérée de cette antagoniste influence. Sur les bords de l’océan, le cataclysme avait été si dévastateur qu’il semblait même que la terre et son lit de roche aient été dévorés par la mer, purifié des empreintes millénaires des Atlantes qui en maître, en colon l’avait parcourue…

extrait – Æsir, chapitre 9 : l’ombre des jours.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire

Commoria

   — Le royaume de Commoria ne survécut à celui d’Hyperborée, colonie atlante, qu’une cinquantaine d’étés. Le roi n’avait pas d’héritier lorsqu’il mourut, les répercussions dramatiques du cataclysme s’atténuant permirent l’émergence d’antagonistes et de rivalités entre les puissants de Commoria. Une première faction, dirigée par un neveu du roi défunt, renversa le régent désigné par le Conseil des Trois et voulut s’arroger la succession. D’autres s’y opposèrent et finalement tous prétendirent au trône. Le royaume fut rapidement morcelé en de multiples contrées indépendantes, revendiquant le pouvoir central et l’appui des grands prêtres qui décidèrent de se retirer en leur temple d’Azula, trois fois consacré, déniant aux hommes l’arbitrage des dieux dans leur querelle et toute légitimité à se gouverner. Ils escamotèrent au passage le trésor royal, spectre, couronnes, bijoux, écrits, archives, mais c’est là une autre histoire…
    — Oui… et depuis, il n’y a que guerre entre voisins, d’aucuns voudraient se faire désigner roi, mais nul grand prêtre ne souhaite officier…

extrait – Æsir, chapitre 2 : les jours nouveaux.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire