Archives par mot-clé : peuple

Des cités blanches

    Ceux-là rapportaient des histoires fantastiques sur ce qu’ils avaient contemplé et convoité : des cités blanches, des arbres couverts de fleurs qui donneraient des fruits comme on n’en voit jamais dans les contrées du nord. Des marchés immenses proposant des étoffes, des épices, des bêtes dont on ne parle que dans les chansons. Des filles de Valusia, à la peau claire, à la chevelure rousse ou blonde qui se monnayaient des fortunes et s’en allaient garnir la couche des princes et des grands prêtres d’Azula. Ils évoquaient aussi la guerre, les conflits entre principautés, nourris par des rancœurs héréditaires tandis que le peuple souffrait et peinait déjà à supporter les affres du climat, les dangers des terres sauvages…

extrait – Æsir, chapitre 4 : le jour de Glace.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire

Les fossés qui séparent les peuples

    — Autour de la table, beaucoup montrèrent des signes d’incompréhension. Ce qu’évoquait Orbelon était par trop lointain pour qu’ils en aient eu un jour connaissance.
— Les raisons de cet être, quel qu’il soit, ne me semblent pas aussi manifestes… mais une chose est certaine, il n’y a aucune autre façon de le traiter : c’est un fléau ! Il nous faut le débusquer et le tuer ! ajouta l’un des grands prêtres.
— C’est là le vouloir des Trois ! Ne voyez-vous pas, frères commorians, que c’est ce que l’on attend de nous ? Le retour en grâce des habitants d’Hyperborée et de Borée est à ce prix. Contre l’ennemi tous rassemblés, les Trois Têtes pour veiller, nous marcherons sur cet être qui nous défie, qui tente d’élargir encore les fossés qui séparent les peuples, enchaîna aussitôt son pendant…

extrait – Æsir, chapitre 10 : jours de guerre.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire

Le monstre de flammes est mort

    Le monstre de flammes est mort, sur sa carcasse nous avons construit nos tours et nos remparts, fuyant ce monde où les terres sont l’enjeu de luttes inépuisables entre les peuples post-cataclysmiques. Nos ancêtres ont vu les domaines atlantes s’abîmer sous les flots, mais leur savoir, nous l’avons préservé dans l’essence même de notre existence, de notre survivance dans ce royaume du froid. Appréciez ses résurgences dans l’architecture et l’ingénierie complexe de nos habitations, dans notre art du tissage et de la chasse ou encore à travers nos us agraires, car il nous a permis l’improbable : donner naissance à des cultures au cœur des frimas. Nous sommes partis de peu, sinon l’essentiel, du courage et un héritage de sagesse qui nous sera bientôt arraché au même titre que la vie…

extrait – Æsir, prologue.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire