Archives par mot-clé : glace

Etrange breloque

    Une courte distance plus loin, ils touchèrent à l’extrémité nord de la crevasse et ne furent accueillis que par des cadavres. Deux hommes encore encordés gisaient quelques mètres au-dessus de leurs têtes, étrange breloque accrochée à la paroi abrupte et fissurée du gouffre. De là, s’écoulait l’eau claire venue à leur rencontre sous la forme d’un terrible torrent. Les corps étaient à ce point disloqués qu’on eut cru qu’ils ne possédaient plus un seul os solide. Er’Imareïs remâcha une prière pour les imprudents qui avaient voulu les prendre de vitesse et indiqua une encoche assombrie dans ce que les autres avaient pris pour un cul-de-sac. Au fond de ce rétrécissement qui comprima leur poitrine et leur bras, ils aboutirent à l’antichambre d’une nouvelle trouée rejoignant les profondeurs…

extrait – Æsir, chapitre 4 : le jour de Glace.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire

Qu’on l’abandonne

    De peur qu’on le crût mort et qu’on l’abandonne, il se força à percer plus encore les défenses de sa semi-conscience et la souffrance aidant, il hurla en bougeant un peu sur son îlot de glace, flottant sur la verticale. Lorsqu’il refit à nouveau surface, des petits bouts de gel cascadaient dans ses cheveux et une grosse voix au-dessus de lui l’enjoignait à tendre le bras. Les bliauds avaient descendu Ki’mold au bout d’une corde pour le récupérer. Celui-ci insista encore une fois, gueulant son nom et quelques injures…

extrait – Æsir, chapitre 4 : le jour de Glace.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire

Les notes fluettes de son clapot

    Les trois compagnons attendirent que la nuit fût plus sombre en se restaurant un peu. Puis ils s’en furent, s’éloignant de la muraille, en direction de la rive, avançant rapidement en terrain découvert, se détendant un peu chaque fois qu’ils pouvaient rejoindre un bosquet, un arbre ou le creux d’un talus. À mesure qu’ils se rapprochaient du lac, ils discernaient les notes fluettes de son clapot et son odeur d’eau et de glace si caractéristique. Au sommet des murs, les feux scintillaient et des ombres se découpaient parfois sur le chemin de ronde. Ils ne croisèrent personne, les alentours de la ville semblaient morts, et le froid nocturne s’en venait mordant. Encore une demi-lune et Lød connaîtrait ses premières neiges. Ensuite, il n’y aurait plus que le gel et l’attente pendant de longues lunaisons jusqu’à une nouvelle belle saison…

extrait – Æsir, chapitre 8 : Percer à jour.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire

Empans de corde

    Il laissait filer de courts empans de corde, se défiant des parois de glace sur lesquelles il prenait appui pour rebondir doucement. Dès les premières coudées, il ressentit une impression de chaleur sur son visage ; il était à l’abri du vent frais qui caressait les alentours du lac et pouvait jouir de la lumière gracile et bleutée qui se réfléchissait sur la glace. Plus bas, les ténèbres commencèrent à l’engloutirent et il toucha au premier palier avec les égards prudents que l’on doit à une voie que l’on ouvre. Le sol paraissait solide. Il marcha de-ci, de-là, tapant parfois du pied pour sonder le plancher et finit par se pencher au-dessus du vide pour évaluer la distance qui le séparait du suivant. Il tira sur son filin trois coups secs pour que les autres s’engagent à leur tour.

extrait – Æsir, chapitre 4 : le jour de Glace.

 
Publié dans Fragments | Laisser un commentaire