Les fossés qui séparent les peuples

    — Autour de la table, beaucoup montrèrent des signes d’incompréhension. Ce qu’évoquait Orbelon était par trop lointain pour qu’ils en aient eu un jour connaissance.
— Les raisons de cet être, quel qu’il soit, ne me semblent pas aussi manifestes… mais une chose est certaine, il n’y a aucune autre façon de le traiter : c’est un fléau ! Il nous faut le débusquer et le tuer ! ajouta l’un des grands prêtres.
— C’est là le vouloir des Trois ! Ne voyez-vous pas, frères commorians, que c’est ce que l’on attend de nous ? Le retour en grâce des habitants d’Hyperborée et de Borée est à ce prix. Contre l’ennemi tous rassemblés, les Trois Têtes pour veiller, nous marcherons sur cet être qui nous défie, qui tente d’élargir encore les fossés qui séparent les peuples, enchaîna aussitôt son pendant…

extrait – Æsir, chapitre 10 : jours de guerre.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>