L’enfer en approche

    Le vent était contre eux. Soufflant en rafales, masquant les congères et les crevasses de tourbillons neigeux, gelant leurs extrémités et, qui savait ? … si ces êtres avaient du flair, la brise entraînait leur odeur vers la horde. Bien avant l’aube, les éclaireurs s’étaient mis en mouvement dans le plus grand des silences, escaladant plus que cheminant le plus rapidement possible vers la brèche d’Erin, dernière porte avant la route des crêtes menant à Æsir. Depuis peu, même avec les sifflements puissants des bourrasques, ils entendaient nettement la marche des guerriers noirs, cliquetis d’armes, grognements, et des milliers de pieds faisant crisser la neige, rouler les gravats… l’enfer en approche. Aldéric craignait de manquer de temps et les coups d’œil inquiets de ses compagnons sur leurs arrières signifiaient qu’ils pensaient de même. Sans compter qu’ils n’avaient nulle certitude concernant la réussite de leur entreprise. Il faudrait que la montagne fût avec eux…

extrait – Æsir, chapitre 1 : le jour dernier.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>