Le monstre de flammes est mort

    Le monstre de flammes est mort, sur sa carcasse nous avons construit nos tours et nos remparts, fuyant ce monde où les terres sont l’enjeu de luttes inépuisables entre les peuples post-cataclysmiques. Nos ancêtres ont vu les domaines atlantes s’abîmer sous les flots, mais leur savoir, nous l’avons préservé dans l’essence même de notre existence, de notre survivance dans ce royaume du froid. Appréciez ses résurgences dans l’architecture et l’ingénierie complexe de nos habitations, dans notre art du tissage et de la chasse ou encore à travers nos us agraires, car il nous a permis l’improbable : donner naissance à des cultures au cœur des frimas. Nous sommes partis de peu, sinon l’essentiel, du courage et un héritage de sagesse qui nous sera bientôt arraché au même titre que la vie…

extrait – Æsir, prologue.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>