Ecumant de rage

    À voir ces visages, tous déjà tournés vers la mort et la guerre, le vieux mage en oublia un instant que lui-même avait une mission. Il s’enfonça encore, entre les lignes des guerriers, leurs armes étincelantes, leur livrée bleu et argent enorgueillies du miroir que leur faisaient les cieux azurs peuplés de nuages, leur souffle fumant dans la froidure du matin, les tressautements de leurs épaules, les flexions de leurs jambes témoignant de leur appréhension et de cette trop longue attente qui les éprouvait autant que la perspective funeste de ne point en réchapper. Le mage trouva enfin sa place près d’un enclos de bêtes à cornes écumant de rage…

extrait – Æsir, chapitre 10 : jours de guerre.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>