Cette saine colère

    Parfois Viviana était près d’en vouloir aux deux hommes de sa vie, c’était puéril, mais cette saine colère avait l’avantage de la maintenir debout et de lui faire refouler ses larmes d’inquiétude. Si elle songeait à tancer le jeune homme, c’est qu’elle le croyait vivant et bien proche de la rejoindre. Elle espérait de toutes ses forces qu’il arrive avant la prochaine attaque et prenne le commandement des opérations sur le Rockall. Le représentant de la citadelle suivait scrupuleusement les ordres de son père, mais Viviana, en contemplant les hommes à pied d’œuvre dans une cour, se sentit soudain nauséeuse devant l’insuffisance de leurs défenses. Le mur d’enceinte seul saurait les prémunir de la troupe noire lorsqu’elle aussi aboutirait sur la route des crêtes.

extrait – Æsir, chapitre 1 : le jour dernier.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>