Au-delà des marais d’Avian

    — Doit-on craindre la venue d’autres fâcheux ?
— Je ne le pense pas. Ceux-là étaient seuls et bien loin de chez eux. À en croire leur façon de s’exprimer, leurs armes et leurs vêtements, ils arrivaient du sud, d’au-delà des marais d’Avian, en Nammoria.
— Et ils sont venus à pied ? C’est étrange…
— Peut-être ont-ils laissé leurs chevaux quelque part en contrebas, répondit le vieillard en haussant les épaules.
— Et le vôtre ?
— Je n’en ai pas…

extrait – Æsir, chapitre 2 : les jours nouveaux.

 
Ce contenu a été publié dans Fragments, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>